Lettres sur le Prophète et autres lettres sur la Voie spirituelle

15,00 €
En stock
  • 253
  • Septembre 2010

Le présent ouvrage rassemble les lettres du Cheikh qui évoquent la spiritualité du Prophète : nous entrons, par là même, au coeur des enseignements du grand maître spirituel que fut Darqâwî. Pour leur majorité, les lettres que présentées ici au lecteur sont traduites en français pour la première fois.

Quantité

Par son exemple vivant et son enseignement oral, le Cheikh Darqâwî revivifia la spiritualité musulmane dans le Maroc du début du 19ème siècle. Après sa mort, son enseignement consigné dans un recueil de lettres rayonna bien au-delà des frontières du royaume chérifien. D'après un célèbre hadith, un rénovateur (mujaddid) apparaît au début de chaque siècle afin de revivifier l'islam. Le Cheikh Darqâwî avait clairement conscience d'assumer une telle fonction. Cette revivification de l'islam n'est autre qu'un retour à la pureté des enseignements originels du Prophète. Mais contrairement aux courants littéralistes, qui affirment eux aussi faire retour aux enseignements originels, le Cheikh Darqâwî ne prône pas une imitation extérieure et aveugle. Il s'agit, pour lui, de suivre les pas du Prophète dans son cheminement vers Dieu, par la purification de l'âme et le rayonnement des vertus en elle. Afin de mettre en lumière cet aspect des choses, le présent ouvrage rassemble les lettres du Cheikh qui évoquent la spiritualité du Prophète : nous entrons, par là même, au coeur des enseignements du grand maître spirituel que fut Darqâwî. Pour leur majorité, les lettres que nous présentons ici au lecteur sont traduites en français pour la première fois.

Fiche technique

Référence
9782953220070
Date de parution
Septembre 2010
Hauteur (mm)
225
Largeur (mm)
155
Epaisseur (mm)
20
Poids (g)
380
Format
Broché
Langue
Français, Arabe
Traduction
Chouiref, Tayeb
Pages
253
Darqâwî, Mawlay al-'Arabî al-

Al-‘Arabî al-Darqâwî al-Hasanî vécut au Maroc et y mourut en 1239/1823 alors qu’il avait environ quatre-vingts ans. Rénovateur de la Châdhiliyya, il fonda la branche dont il est l’éponyme. Il n’écrivit aucun ouvrage, laissant ce soin à d’éminents disciples comme Ibn ‘Ajîba. Ses lettres furent recueillies a` l’initiative de disciples et sont encore aujourd’hui lues, méditées et commentées par des maîtres spirituels actuels.