La sagesse des maîtres soufis

22,40 €
Derniers articles en stock
  • 314
  • Novembre 1998

Le soufi égyptien Ibn 'Atâ Allâh (1259-1309) est l'auteur d'une œuvre qui a pénétré tous les milieux mystiques de l'islam. Dans la Sagesse des maîtres soufis, son dernier ouvrage, Ibn "Atâ" Allâh rend hommage à son maître al-Mursî et au maître de celui-ci, le Marocain Abû l-Hassan al-Shâdhilî, fondateur de l'ordre shâdhilî – l'une des principales composantes du soufisme actuel.

Quantité

Le soufi égyptien Ibn 'Atâ Allâh (1259-1309) est l'auteur d'une œuvre qui a pénétré tous les milieux mystiques de l'islam. Dans la Sagesse des maîtres soufis, son dernier ouvrage, Ibn "Atâ" Allâh rend hommage à son maître al-Mursî et au maître de celui-ci, le Marocain Abû l-Hassan al-Shâdhilî, fondateur de l'ordre shâdhilî – l'une des principales composantes du soufisme actuel. Ibn 'Atâ Allâh le premier – ni al-Mursî ni al Shâdilî n'avaient écrit –, nous révèle l'essentiel de la doctrine de son ordre et dresse un plaidoyer très étayé en faveur du soufisme et de la sainteté. Soucieux de toucher un public large, Ibn "Atâ" Allâh émaille son récit d'anecdotes savoureuses ayant pour cadre l'Egypte du XIIIe siècle. « Il est plus difficile de connaître le saint que de connaître Dieu », affirmait al-Mursî. A l'évidence, la relation privilégiée qui s'est tissée ici entre maître et disciple fournit un témoignage incomparable sur la sainteté en terre d'islam, qui a valeur universelle.

Fiche technique

Référence
9782246517016
Date de parution
Novembre 1998
Collection
Les écritures sacrées
Hauteur (mm)
207
Largeur (mm)
140
Epaisseur (mm)
20
Poids (g)
400
Format
Broché
Langue
Français
Traduction
Geoffroy, Eric
Pages
314
Ibn ‘Atâ Allâh Al-Sakandarî

Né à Alexandrie au milieu du XIIIe siècle, mort au Caire en 1309, Ibn ‘Atâ Allâh al-Sakandarî est une figure majeure de la spiritualité musulmane. Issu d’une famille de savants renommés d’Égypte, il fait lui-même de solides études religieuses : credo, hadith mais surtout jurisprudence (fiqh) où il excellera au point de devenir le faqîh malékite d’Alexandrie. D’abord opposé, par préjugés, à la voie spirituelle de l’Islam (le soufisme), il rencontre le maître soufi de son époque, Abû l-‘Abbâs al-Mursî, qui met un terme à tous les présupposés d’Ibn ‘Atâ Allâh. Définitivement acquis au soufisme, notre auteur assumera auprès des générations ultérieures un rôle similaire à ‘Abd al-Qâdir al-Jilanî ou Abû Hâmid al-Ghazâlî : celui du savant-soufi, maître des connaissances exotériques et ésotériques.