Les Egarés : Le Wahhabisme est-il un contre Islam ?

15,00 €
Rupture de stock
  • 172
  • Avril 2016

Une guerre violente et sourde à la fois, se déroule sous les yeux d'un Occident frappé de cécité. Une idéologie nouvelle quoique âgée de deux siècles et demi, rivale de l'Islam traditionnel, déferle à présent sur l'Orient proche et lointain : le wahhabisme. Celui-ci tente en effet aujourd'hui de chasser et de supplanter l'Islam traditionnel, celui des docteurs et celui de la Foi populaire...

Quantité


Une guerre violente et sourde à la fois, se déroule sous les yeux d'un Occident frappé de cécité. Une idéologie nouvelle quoique âgée de deux siècles et demi, rivale de l'Islam traditionnel, déferle à présent sur l'Orient proche et lointain : le wahhabisme. Celui-ci tente en effet aujourd'hui de chasser et de supplanter l'Islam traditionnel, celui des docteurs et celui de la Foi populaire. La bataille fait rage, elle est meurtrière, mais l'islamologie occidentale ayant délaissé la théologie pour la sociologie n'y prête guère attention ou bien réduit, plus ou moins volontairement, la compréhension des événements à des schémas qui à terme lui feront commettre des fautes impardonnables. Dans les pays des «Printemps arabes», Tunisie, Égypte, Libye, mais aussi et surtout en Syrie, en Irak et au Pakistan, et demain peut-être en Turquie, au Maroc ou en Algérie, le combat pour la démocratie et la laïcité masque désormais une lutte beaucoup plus âpre dont les enjeux dépassent de loin de simples oppositions entre passé et modernité, histoire froide ou chaude, entre religion et lois séculières. Ainsi la guerre civile en trompe l'oeil qui ensanglante la Syrie, tout comme l'assassinat en février 2013 de l'intellectuel tunisien Chokri Belaïd, les destructions de tombes et cénotaphes de saints hommes au Mali, en Libye et ailleurs sont autant d'épisodes d'un affrontement qui se situe très au-delà des catégories habituelles de la sociologie politique voire de la géopolitique et dont il serait éminemment urgent que l'Occident prenne conscience. Force est d'admettre que l'intolérance et la violence wahhabites-salafistes - lesquelles tendent à s'imposer sur les décombres des régimes récemment déchus et à s'étendre peu ou prou à la totalité de l'aire islamique... entre autres par le truchement de la toute-puissance des pétrodollars et le soutien de la diplomatie armée des États-Unis d'Amérique - apparaissent de plus en plus comme la nouvelle orthodoxie dans le Dar al-Islam, en substitution de celle qui unifiait jusqu'à nos jours l'Oumma, la Communauté des croyants. Un puritanisme au final paradoxalement et étrangement compatible avec l'Unification des marchés à l'échelle planétaire - une mondialisation sous-tendue par une idéologie anarcho-libérale - née à Francfort et nobélisée à Chicago, faite d'ultra permissivité, de dislocation des nations et de réduction des peuples à une poussière d'atomes anonymes - tout en se situant à l'évidence aux antipodes du sectarisme virulent du salafisme wahhabite. Reste que le paradoxe n'est peut-être au fond qu'apparent. C'est ce qu'il convient d'examiner maintenant.

Fiche technique

Référence
9782917329627
Date de parution
Avril 2016
Collection
Vie politique
Hauteur (mm)
168
Largeur (mm)
114
Epaisseur (mm)
8
Poids (g)
160
Format
Broché
Langue
Français
Pages
172
Vernochet, Jean Michel

Jean-Michel Vernochet est un écrivain, essayiste, journaliste et géopolitologue français, né le 6 septembre 1947 à Paris, sur les hauteurs de Belleville.

À partir de 1985 et jusqu'en 1995, parallèlement à une importante activité de communication et d’information (dans la presse écrite depuis 1979), il est Chargé de mission au Secrétariat général du gouvernement (services du Premier Ministre). Il est par la suite, successivement, responsable des Affaires francophones et des relations internationales au Commissariat général de la langue française, puis responsable de la communication à l'Institut international d'administration publique (IIAP), enfin directeur des publications du Centre des hautes études sur l'Afrique et l'Asie modernes (CHEAM). À la même époque, il enseigne à l’École supérieure de journalisme (ESJ) de Paris. Ses cours portent sur les manipulations de l'information et le détournement des grands médias dans le cadre de « politiques étatiques » de désinformation.

Après 1995, il est journaliste rédacteur au Figaro Magazine et collabore à de nombreux supports parmi lesquels Le Courrier (Genève), L'Écho-Magazine (Genève) ou encore la revue Géostratégiques.

Depuis 2008, il a mis son expérience des affaires internationales au service du site Geopolintel auquel il contribue régulièrement. Lors d'un entretien, Jean-Michel Vernochet se présente comme un journaliste indépendant, et il ajoute "je paie assez cher ma liberté de penser et d'expression. La liberté est une flamme qu'il faut brandir haut pour repousser la nuit du mensonge qui nous enveloppe de plus en plus densément".