La Civilisation des Arabes

20,00 €
Derniers articles en stock
  • 522
  • 2009

De l'apport des arabes en particulier et des musulmans en général à la civilisation, on ne dit que de peu de chose. Si les intellectuels leur reconnaissent un rôle, il est souvent minimisé, et le citoyen lambda reste grandement ignorant de ce millénaire où la langue arabe était la langue de la civilisation, et l'islam le lien entre ces hommes qui ont dominé le monde des sciences et des lettres...

Quantité

Présentation de l'éditeur: De l'apport des arabes en particulier et des musulmans en général à la civilisation, on ne dit encore aujourd'hui que peu de chose. Si les intellectuels leur reconnaissent un rôle, il est souvent minimisé, et le citoyen lambda reste grandement ignorant de ce millénaire où la langue arabe était la langue de la civilisation, et l'islam le lien entre ces hommes qui ont dominé le monde des sciences et des lettres. Mathématiques, astronomie, physique, chimie, médecine, littérature, et bien d'autres furent développées avec ardeur par des hommes tel qu'Averroès, al-Khawarizmi ou encore Avicenne. Cette histoire mal aimée jusqu'à nos jours, Gustave le Bon l'a consacrée dès 1900 avec "La civilisation des arabes", où il fait un exposé passionnant des contributions des arabes aux savoirs de l'humanité. Avec un talent indéniable de vulgarisation, Gustave le Bon redonne vie à ce millénaire doré, et réhabilite les arabes dans l'histoire, ce qui n'est pas chose superflue, même cent ans après.

Fiche technique

Référence
9782910856465
Date de parution
2009
Hauteur (mm)
243
Largeur (mm)
175
Epaisseur (mm)
30
Poids (g)
940
Format
Relié
Format bis
Couverture cartonnée
Langue
Français
Préface
Al Bustane
Pages
522
Le Bon, Gustave

Gustave Le Bon, né le 7 mai 1841 à Nogent-le-Rotrou et mort le 13 décembre 1931 à Marnes-la-Coquette, est un médecin, anthropologue, psychologue social et sociologue français.

Polygraphe, intervenant dans des domaines variés, il est l'auteur de nombreux ouvrages dans lesquels il aborde le désordre comportemental et la psychologie des foules.

Le Bon ne soutient pas la théorie d’une hiérarchisation des civilisations, mais admet des différences au niveau des stades de développement, et soutient la théorie du biologiste darwinien allemand Ernst Haeckel (1834-1919). Il consacre un gros volume illustré à la Civilisation des Arabes, et il envisageait l’éveil à venir d'une Afrique encore sous-développée au début du XXe siècle. Après une mission aux Indes, il publie, en 1887, un autre ouvrage majeur, Les Civilisations de l’Inde. Il se différencie en cela fortement d'Arthur de Gobineau et dénonce à plusieurs reprises dans ses œuvres le « mythe de la race aryenne », mettant en garde contre les visées suprémacistes du national-socialisme dès 1924. Psychologie des foules marqua un tournant dans la carrière du "célèbre docteur". Cette œuvre, parue en 1895, reste la plus célèbre aujourd’hui.